Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De nombreux "live at village vanguard" ont donné lieu à des disques fameux. Évidemment aucun ne me revient présentement à la mémoire. Coltrane, pour ne citer que lui,  y a joué, j'en suis quasiment certain. Mais je ne connaissais pas Chris Potter, également saxophoniste (tenor et bass clarinet) de son état. Je l'ai entendu pour la première fois dans une médiathèque parisienne. Juste avant ce devait être un disque de musique classique. Un monsieur d'un certain âge lisait un journal installé dans un fauteuil de la pièce réservée aux CD où j'étais en train de fureter. Quelques minutes après le début du disque il s'est levé furieux en disant quelque chose comme :" qu'est-ce que c'est que cette musique de merde ? ". Puis il a quitté la pièce. Quelques minutes plus tard il est revenu, toujours avec son journal, et s'est rassied comme si de rien n'était. Au moment même où il décrétait que c'était de la "musique de merde", j'étais justement en train de me dire que cette "musique de merde" n'était pas mal du tout.
Peu de temps après j'ai emprunté le disque que je suis actuellement en train d'écouter pour la première fois. Loin d'être de la "musique de merde" c'est au contraire du très bon jazz. Mais c'est un jazz  contemporain, avec parfois d'ailleurs des accents coltraniens, et pour l'apprécier il vaut mieux en avoir écouter quelques autres du même genre avant.
Contrairement à ce qu'on dit parfois le jazz ne demande pas une culture particulière, ni ne réclame pour être compris des "explications" comme on peut en attendre pour parvenir à apprécier par exemple l'art contemporain. Ni l'un ni l'autre ne "s'expliquent" ou plutôt l'un et l'autre peuvent effectivement  s'enrichir d'un certain nombre de détails sur la vie et la démarche des artistes (peintres ou musiciens)  mais ce qui compte surtout c'est d'écouter et de voir des oeuvres, en grand nombre. Certains disent qu'ils suffit de se laisser aller, de "ressentir", que cela n'a rien d'intellectuel, qu'il faut juste ouvrir ses yeux et ses oreilles, que c'est affaire d'émotion esthétique, etc..  Ce n'est pas si simple. Si on a eu la chance d'avoir des parents qui écoutaient du jazz, on est forcément mieux à même, plus tard, d'apprécier cette musique. De la même manière si on pu voir, très tôt, des tableaux modernes ou contemporains, il sera plus facile, arrivé à l'âge adulte, d'aimer cette peinture. 
La collection permanente du musée d'art moderne de Beaubourg est à fréquenter assidûment. En région il existe aussi des lieux consacrés à l'art du vingtième siècle.
Pour le  jazz le mieux est d'aller en écouter, pas seulement en concert, mais dans des "boites" de jazz où l'on peut boire un verre et discuter entre amis (à condition de parler fort) tout en  écoutant et en regardant jouer des musiciens passionnés par leur musique et qui sont là pour nous faire passer un bon moment, ou nous faire carrément vibrer, selon notre réceptivité.
Et voilà je me suis encore égaré en chemin et laissé emporter !  Pour en revenir à Chris Potter et à ce disque (Follow the red line) enregistré en février 2007, je conclurais en disant que ce quartet (sax, drums, fender rhodes (piano) et guitare électrique), excelle dans les morceaux rapides, avec parfois des accents jazz-rock et free, mais aussi dans les ballades. Seulement 6 titres mais grace à une large place laissée à l'improvisation, 75 minutes de bonheur ! De quoi satisfaire tous les amateurs...On peut écouter  "Arjuna" en cliquant ci-dessous...Merci over-blog pour cette nouveauté !

Tag(s) : #Fou de musique (journal discographique)

Partager cet article

Repost 0