Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://static-2.socialgo.com/cache/116370/image/1310.jpgAprès la flamboyance de son premier album Loop in release (sorti le 11 septembre 2001 !), son deuxième opus Slow is beautiful (03/05/2010) déçoit un peu, à la première écoute tout au moins, malgré la présence de la diva soul-jazz-r'n'b Sandra  Nkake (formidable sur scène)...

 

Il est déjà disponible en streaming, de même que le premier, sur Deezer alors ce serait idiot de ne pas se précipiter même si on peut déjà se faire une idée avec les 2 morceaux juste en bas, un pour chaque album...

 

Avec Slow...on a plus affaire à un format "chanson" sans doute plus propice à attirer les foules mais musicalement moins riche malgré la présence de morceaux instrumentaux comme Bifurcation plus dans la lignée électro-jazz du premier album.

 

L'ensemble est malgré tout bien au dessus du lot et on y trouve, en deuxième position, le tubissime Sex friend, déjà entendu à Canal 93 où Sandra, au chant et aux choeurs, donne sa pleine mesure.

 

Quand je pense que juste avant elle nous proposait d'être notre chose (Be your thing) !  

 

The Way you walk propose néanmoins un groove impeccable et furieusement dansant enrichi par la voix à la fois chaude et parfois susurrante d'une Sandra Nkake fantasque.

 

En réécoutant l'album pour rédiger cette notice je révise simultanément mon jugement. C'est quand même du très bon. 

 

Be your thing démarre vraiment fort. Comme il a deux mains et dix doigts Booster passe avec aisance du sampling à la guitare aux keyboards, drums, percussion, scratch, flute et vocal ! Il ne fait pas tout tout seul et s'adjoint les services de François Faure (rhodes, clavinet, minimoog), Guillaume Farley (bass, vocal), Guillaume Dutrieux (trumpet, flugelhorn),
Cyril Guiraud (tenor sax, soprano sax, bass clarinet)...J'avoue que je ne connaissais pas ces individus.

 

Five Loves Four est un instrumental bien trempé avec des cordes et...toutes sortes de sons.

 

De la même eau instrumentale Lost in Space propose une ambiance plus planante, cuivres et claviers.

 

On voit très bien l'astronaute perdu dans l'espace dans son scaphandre mais en même temps il est bien il s'en fout un peu...

 

Slow propose (il n'y a pas d'autres mots ?) donc des morceaux  plus calibrés (de 2.12 à 5.54) mais qui tiennent la route même si on peut regretter un certain déséquilibre entre les morceaux chanté du début et les instrumentaux. 

 

Hold You ne démérite pas dans le genre une fois de plus planant mais cette fois avec plus de percus.

 

Tiens Sandra est de retour, plus pour des vocals et le jazz reprend ses droits.

 

Le tout a été enregistré à Bougival mais oui c'est une production française mon bon Monsieur tant il est vrai qu'en matière d'électro tout court et d'électro-jazz l'hexagone tient bon la rampe qu'on songe à Alif Tree, Rubin Steiner, Howie B., Marc Moulin (mais il est peut-être un peu belge sur les bords), Nicolas repac, Bibi tanga et le professeur inlassable ou au un tantinet plus commercial Saint Germain...J'en oublie bien sûr...

 

Procrastination (en plus il a du vocabulaire) plane pas mal aussi mais en un peu plus nerveux.

 

http://www.qobuz.com/images/jaquettes/0724/0724353157654_600.jpgLoop...était nettement plus jazz et ravira les amateurs de jazz contemporain, jazz-rock (fusion) et free . On y trouve le clin d'oeil obligé au hip-hop, The box (avec Dynamax)...

 

Manzana. Alternance de plages groovy et plus douces... A la flûte un des nombreux invités de marque : Magic Malik. Alternance de plages groovy et de plages plus douces...

 

Sur Summer une superbe voix féminine chante en anglais. Encore une superbe voix féminine sur You're the one. A ben non c'est Juan Rozoff, autre gloire Funk nationale. Belle mélodie et groove flamboyant... 

 

Mario meets malia, là la chanteuse c'est forcément Malia (à qui André  Manoukian , eh oui celui de la nouvelle star, a consacré un bel album, Yellow daffodils, où l'on croise aussi le trompettiste Truffaz) ?

 

Au fait c'est un disque du prestigieux label Blue note. Pas facile de signer chez eux et ils te virent vite fait si ton second album ne remplit pas leur cahier des charges...

 

Le bonhomme vient de Lyon...Si Mutation part 1 restait relativement sage, sur Mutation part 2 les cuivres se déchainent et pas seulement eux d'ailleurs...sur une rythmique d'enfer...le tout très Free mais sans les discordances souvent associé au genre... tiens revoilà la flute de Magic...Julien Lourau (sax) Juan Rozoff (voix)

 

Holly Cow prend des accents hindouisants...ralentit le tempo...et voilà un joli scratch signé Booster... clavier (ou cordes ?) bien tempéré sur Holly cow part 2...  

 

Deux albums en 9 ans ce n'est pas énorme mais quand la qualité est au rendez-vous...

 

 

Tag(s) : #Fou de musique (journal discographique)

Partager cet article

Repost 0