Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Esperanza-Spalding.JPGJ'écoute aujourd'hui moins de musique mais cela ne m'empêche pas, de temps en temps, de partir à la découverte d'artistes  d'hier ou d'aujourd'hui.

 

Le mieux, avant de commencer la lecture de ce papier, est d'aller d'abord tout en bas lancer la playlist. Attention tous les morceaux démarrent en même temps, il faut tous les mettre en pause sauf celui qu'on veut écouter...

 

Dernière découverte en date : Laura Mvula (Like the morning blue-2013). Bien qu'il s'agisse d'une chanteuse noire, elle a su échapper au carcan parfois un peu rigide du R&B et à sa rythmique entraînante mais souvent assez pesante.

 

Pas de beats endiablés dans cette musique soigneusement orchestrée et il faut reconnaître que c'est assez reposant.

 

Du coup il est difficile, et c'est tant mieux, de la cataloguer. Disons simplement qu'il y a chez elle un côté quiet storm qui la rapproche, sans doute, d'artistes confirmées mais malheureusement un peu oubliées, comme Anita Baker (I apologize-1994).

 

C'est également une artiste qui semble se renouveler titre après titre même si son premier album offre une belle cohérence.

 

Autre découverte récente : Esperanza Spalding (Radio song-2012). C'est elle qui illustre l'article. A la base elle est contrebassiste de jazz mais est aussi devenue, après les vocalises des débuts, une excellente chanteuse. Elle a peu à peu, au fil de ses quatre albums, évoluée vers une musique plus pop sans renier ses racines jazz et sans se laisser enfermer non plus dans le R&B. 

 

Après trois chanteuses noires, continuons sur cette lancée avec Lalah Hathaway (How many times-1994), la fille à son père : Donny Hathaway. Cette fois on s'approche du R&B mais on ne lui en voudra pas : comment résister à une telle voix ?

 

 

Tag(s) : #Fou de musique (journal discographique)

Partager cet article

Repost 0