Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

jimi-tenor.JPGSi, le couteau sous la gorge, je ne devais en choisir qu'un, je veux dire un artiste dont il faudrait absolument avoir les disques sur une île déserte, ce serait sans doute à Jimi Tenor que je penserais en premier.

 

Lui qui, chose incroyable, n'a même pas "son" article dans Wikipédia (en français tout au moins). Un vide à combler. Je pourrais m'en charger mais les règles de publication sont si contraignantes qu'il y faudrait beaucoup de volonté...

 

 

Pour commencer voilà un avant goût - il s'agit de Year of Apocalypse de l'album Organism : 

 

 

 

D'aucuns, négligeant de vérifier si son cadavre bougeait encore, ont voulu en faire le nouveau Prince. De fait, à l'instar du nain de Mineapolis, il y a du génie en lui.

C'est Sebastian Danchin, dans son Encyclopédie du Rhythm & Blues et de la Soul, qui lui prête, le plus sérieusement du monde mais non sans raisons, cette qualité rare.

 

Jimi Tenor fait lui aussi partie de ces artistes insatiables, toujours sur la brèche, et qui, surtout, se bonifient, comme le bon vin, d'album en album.

 

Dès Sähkömies, son premier album (1994), se manifeste son goût de la ballade jazz, des cuivres, de l'électro, de l'orgue, de l'expérimentation sonore et, déjà, une incroyable maîtrise. La pochette, austère, en noir et blanc, montre une sorte de clone d'Andy Warhol. Il n'est pas tchèque (d'origine), comme le lithographe de la Campbell's soup, mais Finlandais.

 

Malheureusement il n'y a pas de titre disponible sur deezer.

En 1995 sort Europaque...je ne connais pas.

 

Intervisionen 1997 (voir plus haut) montre un Jimi Tenor au look plus warholien encore. Le progrès est flagrant. Voici par exemple Outta Spacequi ouvre l'album (pour écouter les morceaux suivants prière de se reporter à la playlist tout en bas ):

 

Jimi Tenor, qui n'a peur de rien, s'est mis à chanter, et même à sussurer, ne dédaigne pas les choeurs, et s'offre même le luxe d'offrir sa version, légèrement destroy, du célèbre Caravan de Duke Ellington.

 

L'album funky de la maturité ?

C'est avec un orchestre symphonique, pas moins, que Jimi Tenor revient en 2000 avec Out of Nowhere.Nulle folie des grandeurs là-dedans. Sa musique a toujours eu une dimension symphonique. Cette fois l'ambiance musicale se situe plutôt du côté de la musique contemporaine et de ses illustres prédécesseurs, comme Bartok.

 

Avec l'ajout, dès le deuxième morceau hypnotic drugstore,d'une touche orientalisante.Jazz, funk, électro font néanmoins bon ménage tout au long de l'album.Premier titre Out of Nowhere.

Un petit dernier pour la route, Night in Liomaa.

 

Avec Utopian Dream (2001)il semble qu'il découvre le vocoder. Ce qui m'y fait penser c'est la grosse voix du premier morceau : Utopian Dream. C'est avec cette album que l'on se rend compte que Jimi Tenor a sans doute écouté le groupe culte californien The Residents, avec qui il partage une certaine bizarrerie sonore. Voir par exemple Natural Cosmic Relief.  

Bacon Aliveest un titre très court où s'illustre une superbe...flûte (?).

 

En 2003 voilà Higher Planes, plus funky encore où l'on trouve l'un de mes morceaux préférés, Higher Planes.

Rhythmique au millimètre, voix, choeurs et une scansion quasi hypnotique.

Le suivant Trumpcardest tout aussi indispensable.  

 

Surtout ne vous retenez pas : laisser couler vos larmes. Vous avez entendu l'allusion à James Bond ? Et les cris du public ? C'est du live... 

 

Il ne faut pas que j'oublie de vous dire qu'il a épousé la chanteuse afro-américaine Nicole Willis et qu'il a été aux manettes de son disque Soul Investigators, du nanan, évidemment...voici If This Ain't Love, de la soul comme on en fait plus.

 

La saga ne s'arrête pas là puisqu'en 2004 Jimi Tenor revient à la charge avec Beyond The Stars, probably son meilleur album à ce jour. Partagerait-il avec Warhol un goût immodéré pour les stars ? Voyons cela avec Barcelona Sunrise.

 

Je ne voudrais pas plomber l'ambiance mais j'adhère moins à l'album Joy Stone(2007) qui scelle la rencontre avec Kabu Kabu.

Quant à Sunrise(2006) et au Live in Berlin(2007), j'avoue ne pas les connaitre.

Mais peu importe écoutez plutôt ça - attention chef d'oeuvre - cela s'appelle Moon Goddess.

 

Le petit Jimi a aussi travaillé avec le batteur Tony Allen, auteur d'albums afro-beat décoiffants, lui-même ancien collaborateur de...Fela.

N'en jetons plus : il faut écouter d'urgence et dans son intégralité la discographie d'un des rares génies musicaux de notre temps : JIMI TENOR.

 


Tag(s) : #Fou de musique (journal discographique)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :