Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je viens juste de voir Gomorra. Lorqu'il fait nuit dehors et que l'on sort seul de la salle, on ne se sent pas très rassuré. C'est un film coup de poing. J'y reviendrais. 
(le lendemain) Tout du long pendant la séance je me disais : "c'est un bon film mais il manque un petit quelque chose". Pourtant à la fin, j'étais secoué. En fait depuis quelque temps (je change un peu de sujet) j'ai un peu de mal avec les salles de cinéma. J'ai tendance à voir les défauts de l'image, exagérés par le grand écran. Je pense que je regarde trop de DVD et que cela a un peu déformé ma manière de voir les films. Gomorra, par exemple, mais aussi Mesrine (1ère partie) sont des films à mon avis plus fait pour le petit écran. Matteo Garrone a délibérement choisi une image et des couleurs un peu grises. Cela sied mieux à son sujet. Gomorrase propose, après le livre de Roberto Saviano bien entendu beaucoup plus dense, de montrer la mafia (la camorra, la branche napolitaine) au quotidien. On a pu dire que c'est l'anti-parrain. En fait il y a tout de même des rapprochements entre les films de Coppola et Gomorra. Le titre est tout de même bien trouvé : Gomorrhe + camorra = Gomorra. Gomorrhe est cette ville pécheresse détruite "par une pluie de feu venant de Dieu au temps d'Abraham". Tout le film ou presque se passe dans une incroyable et moderne cité de béton, dont on peut voir un exemple en réduction à Noisy le grand, pleine de coins et de recoins, abritant les pires trafics, alors même qu'au niveau au dessous un mariage est celébré. Le film, antispectaculaire, s'ouvre néanmoins sur une séquence étonnante pendant laquelle des mafieux s'adonnent dans un salon de beauté aux UV et autres soins. Au départ on ne comprend pas où on se trouve et il y a presque un coté science-fiction dans les premières images. Mais très vite, dans l'atmosphère rassérénante du salon, la violence se déchaîne. Ensuite le film se construit autour de quelques figures : 2 adolescents qui se prennent pour des caïds, un "entrepreneur"  qui a une trop bonne tête, spécialisé dans le ramassage des ordures, un gamin recruté par une bande, un "assistant social" de la mafia, à l'allure de pacifique fonctionnaire, qui distribue des liasses de billets, selon une liste préétablie, à certains nécessiteux de la cité, et un tailleur travaillant dans un atelier, débauché par des chinois désireux de s'offrir des cours de couture. A partir de ces personnages MG dessine une fresque inouïe, à vertu pédagogique, mais sans jamais oublier qu'il fait du cinéma. On apprend à la fin que la camorra est la plus sanglante des mafias, 4000 victimes en quelques années et quelques autres informations qui font froid dans la dos. A voir absolument.
Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :