Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rendez-vous avec Rama - Arthur C. Clarke

" En l'an 2130...un "objet" pénètre dans le système solaire...un cylindre, longueur : 30 km, vitesse : 100 000 km/h...Le vaisseau Endeavour part à sa rencontre...il y a là, à l'intérieur, quatre mille km2 à explorer, un monde de structures, d'escaliers vertigineux, de routes. Un monde de silence où tout semble d'une haute technologie, intact, et pourtant vieux de millions d'années ! Qui est aux commandes de Rama : un robot ? un esprit ? ".

Autant le dire tout de suite : à la fin du roman cette question restera sans réponse.

Publié en 1973, Rendez-vous avec Rama est un classique de la science-fiction et même de la hard science-fiction. Le roman d'Arthur Clarke semble être d'une "scientificité" à toute épreuve : si un tel objet céleste existait, il aurait sans doute toutes les propriétés que l'auteur lui attribue et son exploration ressemblerait probablement à la description détaillée qu'en donne l'auteur. Mais on reproche parfois à la hard science-fiction de trop mettre en avant science et technologie au détriment du facteur humain. Et justement, l'auteur a beau affubler le commandant Norton de deux maîtresses (sur terre) et le faire coucher avec la docteure du bord, le récit a, tout du long, un petit côté "coincé".

Mais après tout la psyché humaine a été explorée par d'innombrables romans, et, pour une fois, on peut bien accepter que sa majesté Rama occupe la première place.

Le roman relève même d'un sous-genre à part entière : la rencontre entre l'espèce humaine et un BDO (Big Dumb Object). Greg Bear a écrit un des chefs-d’œuvres du genre : Eon.

"On pourrait se perdre à l'infini en conjectures, la nature et le dessein des Raméens n'en resteraient pas moins totalement inconnus. Ils s'étaient servis du système solaire comme d'une pompe à essence, ou d'un chargeur de batterie, peu importe, et lui avaient tourné le dos avec mépris, appelés par d'autres affaires autrement importantes. Sans doute n'auraient-ils jamais connaissance de l'espèce humaine : une aussi monumentale indifférence était pire q'une injure délibérée. ".

" Et sur la terre lointaine, le Dr Carlisle Perera n'avait encore dit à personne qu'à son réveil d'un sommeil sans repos, le message de son inconscient résonnait toujours dans son crâne : Les Raméens font tout par trois. ".

La dernière phrase du livre ouvre la voie à une suite : il y en aura deux, moins intéressantes semble-t-il que le premier volet de la saga.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :