Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://1.bp.blogspot.com/_is-IoeRzCps/Se2_54eO7tI/AAAAAAAAAB0/r_JrjTMWJO4/s400/UniquesMultiples-RECTO.jpgRue de la Gaité, dans le quartier Maine-Montparnasse, tout près du cimetière du Père-Lachaise, on trouve de tout : des théâtres, des sex-shops et...des galeries.

 

Au moins une en tout cas, consacrée à la photographie.

 

D'habitude ce sont des lieux où le visiteur est livré à lui-même.

Rien de tel à la Galerie 291, récemment ouverte, où le propriétaire des lieux (sa femme est là aussi !) vous propose carrément une visite guidée.

 

Ce n'est finalement pas un luxe dans la mesure où l'exposition "Uniques Multiples - Images retouchées pour l'édition" peut sembler au premier abord un tantinet austère. 

Comme souvent s'agissant de photographies anciennes les formats sont  le plus souvent minuscules et le noir et blanc est de rigueur.

 

De plus le thème choisi, montrer uniquement des tirages retouchés avant publication, nécessite un peu de pédagogie.

 

L'originalité du projet consiste à presenter des clichés certes retouchés, non pas dans un but de censure (visant par exemple comme en Union soviétique ou en Chine à effacer de l'image tel ou tel dirigeant tombé en disgrace ou à "améliorer" un paysage) mais simplement parce qu'autrement la photo ne "passerait" pas à l'impression.

 

En effet la technique de l'époque ne permettait pas un rendu satisfaisant.

 

D'où l'obligation d'améliorer les images en accentuant les contours et parfois même en rajoutant au pinceau des effets de brillant ou en renforçant des noirs.

Des laques à base d'encre servaient aussi à estomper des fonds pour mieux faire ressortir le sujet.

 

Dans certains cas on isole un personnage d'un groupe pour en faire un portrait. 

Bien entendu ces images n'étaient pas destinées à être montrées et constituent une étape de travail avant l'impression finale, le plus souvent dans la presse.

 

Achetées au fil des années et retrouvées dans des lots, le galeriste (un ancien réalisateur passionné par l'image fixe) a choisi de montrer ce qui normalement aurait du finir à la poubelle.

 

Un cliché des manifs de mai 68 est là pour montrer que cette technique avait alors encore cours et pas seulement pour les portraits de stars.

 

L'idéal aurait éte de montrer chaque fois la photographie de départ, le cliché retouché puis le résutat dans la presse.

 

Mais cela aurait nécessité de longues et fastideuses recherches. Dans un ou deux cas on peut néanmoins voir le travail d'amélioration et l'image imprimé. Ce qui frappe alors c'est que malgré tout le résutat final reste d'une qualité médiocre selon les standards actuels.

 

Mais sans ce traitement la photographie aurait été tout simplement  été "illisible".

 

Quelques images de poêles rutilants sont là pour montrer que publicités et publications techniques avaient aussi recours à ces techniques.

 

A voir si l'on s'intéresse à la technique et à l'histoire de la photographie, à celles de la presse et de l'édition mais aussi pour comprendre qu'il n'y a pas toujours lieu, en présence d'une image "trafiquée", de crier à la censure et à la falsification de l'Histoire.

 

Tag(s) : #Expos

Partager cet article

Repost 0