Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Dans un Pont Trop Loin, Cornelius Ryan relate par le menu l’opération Market-Garden, qui fut, en 1944, l'opération aéroportée la plus importante de l’histoire…


Un récit haletant, plus encore que La Chute de Berlin ou Paris Brule-t-il, heure par heure , et même minute après minute, des événements, aux cotés des alliés mais aussi des allemands et des hollandais…


A l'ouest, l'ennemi (les nazis) est écrasé. Après deux mois et demi de combats acharnés, la fin de la guerre en Europe semble, presque à portée de main.

Mais l'avance alliée est stoppée : les Allemands reculent plus vite que n'avancent les groupes d'armée Alliés. Les réservoirs sont vides.


Montgomery et Patton pensent que la tactique du "large fron", défendue par Eisenhower, commandant suprême des forces alliées sur le front Ouest, est dépassée.


Il faut maintenant "frapper un coup unique" dans un "effort massif" à partir d'un "plan d'attaque concentrée sur un seul objectif".


C'est finalement le plan de Montgomery qui est retenu. C'est alors au général Browning de mettre ce plan en "musique", secondé par des généraux, dont Urquhart (joué par Sean Connery dans le film) chargés de commander les troupes sur le terrain.

Cela sera donc une opération combinée air-terre, une attaque "limitée", mais très " gourmande " en hommes et en matériel, pour arriver de l'autre côté du Rhin.


Il s'agit, en Hollande, de s'emparer de certains ponts et, à Arnhem, de franchir le Rhin.


Le second jour, l'armada aérienne, constituée par un convoi long de 150 kilomètres, est plus immense encore que celle la veille.


Les Alliés, selon l'avis des Etats-majors, ne devraient pas rencontrer d'opposition sérieuse, à part quelques gamins et quelques vieux !


Malheureusement c'est aussi l'endroit qui a été choisi pour y envoyer 2 divisions blindées SS, certes amoindries, pansées leurs plaies...

 
Certains épisodes racontés dans le film de Richard Attenborough (1977), adapté du livre, et qui paraissent incroyables, non seulement sont vrais mais ont même été édulcorés. Ainsi ce n’est pas seulement son capitaine qu'un sergent américain emmène dans sa jeep pour le faire examiner, sous la menace d’une arme, par un médecin militaire, mais aussi plusieurs de ses camarades.

Par contre il ne les récupère pas sur le champ de bataille mais à coté d’une antenne médicale.


Le film, très bien fait, c’est probablement l’un des meilleurs films de guerre, ne rend toutefois qu’imparfaitement compte de l’ampleur de l’opération.


Ainsi dans le film, les troupes britanniques, parachutées, qui prennent position à l’extrémité nord du pont d’Arnhem semblent se limiter à un cinquantaine d’hommes. En réalité ils étaient, au début de l’opération en tout cas (à un contre dix ils ont été décimés mais se sont quand même, comme le film le montre bien, "accrochés" plusieurs jours à ce "foutu" pont...), plusieurs centaines.

Parmi eux le personnage le plus pittoresque est un commandant britannique qui au milieu des combats ne se séparait jamais de son parapluie. D’après lui c’était surtout pour qu’on le reconnaisse: il oubliait tout le temps les mots de passe ! L’auteur ne l’a retrouvé qu’au bout de 7 ans, en Afrique, grâce à son éditeur. Il est resté en Hollande, après l’échec de l’opération et, habillé en civil, a aidé, avec la résistance hollandaise, un grand nombre de soldats a s’évader. 

 

Tous les événements ou propos cités dans le livre ont fait l’objet d’une vérification dans le respect de la vérité historique.

 

L’auteur s’est appuyé sur le témoignage de 1500 personnes dont la moitié ont été interviewés.

Dirk Bogarde qui interprète le général Browning dans le film a réellement été au service du maréchal Montgomery pendant la guerre !
Tag(s) : #Journal de lecture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :