Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La couverture reproduite ci-contre est particulièrement laide. J'ai lu ce livre dans une édition J'ai lu de 1979 mais la couverture en était également fort laide, avec ses couleurs factices et à l'époque la tranche des livres de poche était bien souvent d'un rose agressif...


Avec Un coup pourri Demouzon (à l'époque il avait  « perdu » son prénom) reprend le personnage devenu mythique du détective privé.


Le Phillip marlowe parisien s'appelle Nicolas Placard et, comme il se doit, s'ennuie, avec pour toute compagnie une canette de bière tiède, non pas dans son bureau mais chez lui en cette chaude, trop chaude soirée du mois d'aôut...lorsque des coups résonnent à la porte...


Qui est-ce ? Une femme, bien sûr, qui se montrera peut-être fatale...


S'ensuit une enquête passablement rocambolesque qui à pour épicentre la ville de Lyon mais aura aussi des prolongements jusqu'en Ardèche...


Cet opus, publié en 1976, sans être aussi jubilatoire que Section rouge de l'espoir (1979), procure quand même bien des plaisirs à son lecteur, dont le moindre n'est pas la langue irréprochable dont use l'auteur.

 

On est quand même, forcément puisque c'est un summum, un cran en dessous des aventures d'EugèneTarpon, le privé de Manchette Morgue Pleine; Que d'os ! par J.-P. Manchette .


Dans la même veine je conseille Adieu la Jolla et Mouche, autres aventures palpitantes de ce privé hexagonal.

Tag(s) : #Journal de lecture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :