Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://nsa02.casimages.com/img/2008/10/12/081012101512805578.jpgC'était le dernier jour.


L'exposition Massimo Vitali (galerie Agnès B, 44 rue

Quincampoix dans le 4ème arrdt, à un jet de pierres de

Beaubourg) se termine en effet aujourd'hui, 8 janvier.

 

Comme on peut le voir ci-contre, il est photographe et propose une série d'images très grand format (180 x 220) sur un thème unique : les activités balnéaires.


Il s'agit presque de photographies de vacances.

 

Sauf que Vitali ne photographie pas sa petite famille mais la foule des estivants, qui s'egayent dans l'eau et sur la plage.  

 

On a affaire ici à un hyperréalisme qui peut rappeler les toiles de peintres américains des années 70 (qui travaillaient toujours d'après photo) comme Paul Staiger, auteur lui aussi d'une toile "balnéaire" intitulée Ballona Creek. La différence c'est que la plage de Staiger est presque entièrement vide. On y aperçoit juste, au loin, quelques promeneurs.

 

Vitali ne s'intéresse aux plages qu'à la condition qu'elles soient "blindées" de monde.

Autre différence, qui permet par comparaison de mieux cerner les spécificités du travail de Vitali, ses images montrent toujours des artefacts (c'est à dire des produits ayant subi une transformation, même minime, par l'homme), même s'il ne s'agit parfois que de quelques cabines de plages en tissu.

 

Sans compter que les plages elles-mêmes peuvent être artificielles. Point commun avec Staiger : la frontalité et le caractère géométrique de leurs images.

 

Tout en haut d'une image de Vitali qui montre des adeptes du bronzing sur une terrasse, la ligne d'horizon se confond avec la mer et épouse le bord du cadre.

 

Toutes ses images semblent comme surexposées mais cette caractéristique affecte surtout l'environnement, le décor, alors que ses "personnages" eux apparaissent au contraire très distincts.

 

On pourrait passer beaucoup de temps, ce n'est d'ailleurs pas l'envie qui manque tant ces images ont quelque chose d'hypnotique, à regarder, à examiner même à la loupe, chaque baigneur, chaque villégiateur.

 

Il se dégage une telle impression de perfection de ce qu'on pourrait appeler la chorégraphie des corps, que l'on se demande un instant, un peu absurdement, si Vitali n'a pas donné à chacun des consignes quant à la manière de se tenir ou de bouger.

 

Après tout un autre photographe, dont le nom m'échappe, organise bien des rassemblements géants qu'il photographie et où chacun obéit à une scénographie bien précise.  

 

Vitali a parcouru les côtes italiennes mais s'est aussi arrêté à Bloemendaal aux pays-bas (Bloemendaal Night) ou à Coney Island (Coney Tychon).

 

Pour l'aspect technique il s'agit de tirages couleurs contrecollés sur PVC le plus souvent sous  plexiglas.

 

L'impression d'irréalité ou de surréalité provient en fait de la technique utilisée par Vitali (ancien reporter et photographe de plateau né en 44) : il utilise une très grand chambre. 

 

Je me rend compte après coup qu'un "charlie" (où est Charlie ?) s'est glissé à mon insu et à l'insu du photographe dans l'image que j'ai choisi pour illustrer cet article ! A vous de le trouver...

Tag(s) : #Expos

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :