Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://historia.unblog.fr/files/2008/01/h4ill1004415r.jpg
 Même quand je n'en achète pas, les livres viennent à moi.

 Un voisin âgé en partance, qui connaît mon goût pour les ouvrages    traitant de la guerre, m'en donne régulièrement.

 A croire qu'il se débarrasse de sa bibliothèque et même, on va le voir,  de celle de ses parents.

Des livres tel que le monumental La Grande Guerre de Pierre Miquel (1983) dans une réédition de 2003. Celui là a un code barre mais la plupart sont trop vieux pour en avoir.

C'est drôle parce qu'une amie qui elle aussi "récupère" pas mal de livres m'a donné un autre gros ouvrage du même auteur L'exode 10 mai - 20 juin 1940 (2003). Plutôt spécialiste de la Grande Guerre, PM s'est aussi intéressé à la seconde.

Cela tombe bien parce que le thème de la défaite m'intéresse. Pour preuve dans ma LAL figurait déjà Le mythe de la guerre éclair, dont le titre a le mérite d'être éclairant, paru chez Belin et écrit par Frieser Karl-Heinz.

Parmi les livres donnés et sur le même thème, un témoignage d'un correspondant de guerre : 1939-1940 Le Suicide (encore un titre explicite) de Jacques-Henri Lefebvre publié et imprimé...en 1942. Celui-là est sans code barre !

Un autre encore sur le même sujet : La Gamelle dans le Dos de Robert Auboyneau et Jean Verdier où là encore on s'interroge, en 1972, mais à hauteur "d'hommes pris dans la tourmente de la guerre éclair" sur "l'inexplicable défaite".

Un gros livre aussi, une véritable somme, sur La Guerre d'Espagne, signée Hugh Thomas en 1961 et avec en couverture la célèbre photo de Robert Capa sur laquelle a pesé il me semble le soupçon d'avoir été mise en scène (voir illustration).

On revient à la première Guerre avec Les Mémoires, tomes 1 et 2 du Maréchal Foch datant de...1931 !

Mais assez avec les guerres ! Avec Marc Chadourne on découvre, en 1932 chez Plon, L'URSS Sans Passion...

Le roman n'est pas complètement absent de cette "donation" puisque, outre un volume des aventures d'OSS 117, que Jean Dujardin nous a fait récemment redécouvrir, j'ai également hérité de Madame Bovary (en livre de poche) et du Salammbô (édition de 1936) de Gustave Flaubert. 

Il y a bien d'autres livres mais je ne voudrais pas vous assommer avec un inventaire trop exhaustif. Est-ce que je les lirais tous ? Rien n'est moins sûr. Mais j'en lirais au moins quelques uns.

Je ne résiste pas à l'envie, pour (en) finir, de revenir à la deuxième guerre mondiale avec un fort volume (790 pages) d'Henri Amouroux La page n'est pas encore tournée janvier-octobre 1945 (1993) dernier opus d'une série d'ouvrages consacrée aux Français sous l'occupation et après l'occupation, dans lequel l'auteur se demande "pourquoi, après plus d'un demi-siècle, les passions demeurent-elles aussi vives ?".

La passion, c'est ce qui nous maintient en vie, non ?
Tag(s) : #Chinage

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :