Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le portrait du mage Hanussen que propose Istvan Szabo en 1988 est sensiblement différent de celui de Werner Herzog dans Invincible (Invincible - Méphisto ; L'Art peut-il être coupable ?).

 

On y apprend qu'Hanussen, de son vrai nom Klaus Schneider (et non Karl Schroeder comme indiqué sur la jaquette du DVD, en fait je me demande si ce n'est pas plutôt Kurt ?) a participé à la première guerre mondiale et a été blessé, à la tête, au combat.

 

Il est soigné par le Dr Bettelheim qui a recours à l'hypnose. Klaus, fasciné par cette technique,  devient à son tour hypnotiseur.

 

Avant guerre il était déjà artiste de music-hall et une fois guéri il remonte sur scène.

 

Après avoir connu le succès à Vienne il espère se faire un nom à Berlin.

Son imprésario décide qu'il doit changer de nom et choisir un pseudonyme "européen" moins banal que son patronyme.

 

Ce sera Eric Yan Hanussen. Son don de prédiction fait de lui une vedette dans la capitale allemande. Lorsqu'on lui demande, en privé, en 1933 qui sera le nouveau chancelier il répond sans hésiter : Adolf Hitler.

 

On ne voit pas de SA en uniforme dans le public, comme dans le film d'Herzog, mais le chef de la propagande du parti nazi  s'intéresse à lui. Istvan Szabo a choisi pour incarner Joseph Goebbels (s'il s'agit bien de lui) un acteur qui ne lui ressemble pas beaucoup.

 

Son Hanussen ne se montre pas aussi tyrannique avec son entourage que celui d'Herzog. Le Dr Bettelheim, chassé de son emploi parce qu'il est juif, rejoint Hanussen à Berlin. Mais lorsqu'Hanussen prédit que le Reichstag va être incendié, il signe son arrêt de mort. Emmené avec sa compagne Betty il sera criblé de balles dans la forêt par un groupe de SA.

 

Chez Herzog on découvrait finalement qu'Hanussen était juif. Szabo ne reprend pas cette idée à son compte. C'est pourtant vrai : Hanussen s'appelle en réalité Harschel Steinschneider.

 

Hanussen a t-il rencontré Hitler ? A priori oui puisqu'il a été l'astrologue personnel du dictateur. Comme on l'a vu cela n'a pas suffi à le protéger.

 

Dans les deux films Hanussen finit par se retrouver devant un juge pour répondre  de deux accusations : avoir utilisé un faux nom et tromper son public. Chez Szabo, grâce à son charisme et à son verbe, il sort vainqueur de cette épreuve.

 

On a reproché à Istvan Szabo une réalisation trop "télévisuelle" et en effet le film patit d'une mise en scène un peu molle, moins enlevée en tout cas que celle de son Méphisto.

Il est vrai aussi que le jeu de Klaus Maria Brandauer n'est pas aussi intense que dans Mephisto et on peut effectivement préférer la performance de Tim Roth dans le film d'Herzog.

 

Le chef d'oeuvre de Szabo reste son film Colonel Redl où Klaus Maria Brandauer tient également le rôle principal. J'aurais l'occasion de reparler de ce très grand film dont le sujet n'est pas sans rappeler l'affaire Dreyfus.

Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :