Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://cimg.163.com/movie/0303/06/fullfrontalfr.jpgSoderbergh devait bien lui aussi, après tant d'autres, réalisé un film ayant pour sujet Hollywood.

 

Ces films sont en général assez saignants (The player, Altman, 1992) et Full Frontal n'échappe pas à la règle. 

 

Sorti en 2002, il relève d’un dispositif filmique qui annonce celui de Girlfriend… ( Girlfriend experience : une expérience cinématographique de Steven Soderbergh (5) )...et se situe sans doute dans la continuité de Sexe mensonges et vidéo (il devient urgent que je le revois) si l'on en croit Soderbergh lui-même qui affirme dans les bonus que s'il avait réalisé Sexe...en 2002 cela aurait donné...Full frontal.

 

C'est à dire une suite en apparence décousue de scènes situées en majorité à Los Angeles avec pour thème le tournage d’un film à Hollywood et ses à-côtés…

Une fête est prévue chez un producteur de cinéma dénommé Gus (David Duchovny). En attendant invités et non invités vaquent à leurs occupations intra et extracinématographiques.

 

…Là encore on ne sait pas toujours qui est qui, d’autant que Julia Roberts par exemple interprète deux rôles (une journaliste et une actrice)…

 

Le scénariste du film en tournage, obsédé par ses rêves et ses cauchemars nocturnes, est marié à une DRH qui vire des employés à tour de bras, couche avec la star noire du film...et envisage de plaquer son mari qui vient lui-même de se faire virer de la revue qui l'employait...la soeur de sa femme, masseuse, fait la connaissance de Gus qui lui demande de l'aider à se détendre moyennant un petit supplément...une journaliste suit pas à pas la star pour une interview au long cours sur sa carrière...et en tombe amoureuse...


La distribution, impressionnante (il y a même Brad Pitt, plus là comme figurant que comme acteur, s'autoparodiant en abruti un peu comme dans Burn after reading des frères Cohen)…dénote néanmoins la volonté de toucher un large public tout en offrant à des acteurs confirmés la possiblité de participer à un tournage différent et d’improviser…

 

Les 10 règles qu’ont du respecter acteurs et réalisateur (pas de maquilleuse, pas de caravane, apporter ses propres fringues, tournage dans de « vrais » lieux, etc.) évoquent les contraintes du Dogme, également au nombre de dix : tournage en extérieurs, son direct, caméra tenue à l'épaule, etc., une initiative scandinave qui a essaimée et fait des petits partout dans le monde (Lars von triers, Jean marc barr… ).


Duchovny, plutôt « propre sur lui » dans la série X files, avec son air de premier de la classe et de gendre idéal a réussi à pas mal écorner et/ou salir son image avec des films comme Evolution (sf comique) ou la série Californication dont je n’ai malheureusement encore vu aucun épisode.

 

Au total le film est assez marrant avec une fin joyeusement morbide…il a un coté « altmanien » …à la fois pour l'aspect choral et pour les personnages…

 

Soderbergh dit aussi que si Woody allen avait habité la côte Ouest et s'était drogué (est-ce un aveu ?) il aurait pu réaliser Full frontal...

Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :