Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

camusCamus a accumulé contre lui, à la manière d'un fétiche vaudou, toute la médiocrité de l'époque, mais peut-être aussi toute la médiocrité de la nature humaine...Dans Le Temps des meurtriers (1949) le philosophe s'interroge sur l'avenir de l'Europe après les camps nazis et marxistes-léninistes, sur le nihilisme et la fin des valeurs, sur ces penseurs de Saint-Germain-des-Prés va-t'en-guerre jamais avares du sang des autres, mais incapables d'offrir le leur pour telle ou telle cause transformée en  fonds de commerce, sur la déplorable passion des penseurs pour l'abstraction qui affichent un mépris complet pour le réel (...) sur la fascination des intellectuels opposés à la peine de mort mais qui la défendent tout de même pourvu qu'elle soit infligée au nom de la prétendue bonne cause du progrès marxiste - il en reste aujourd'hui une poignée tout au culte de "l'idée commnuniste". (Camus, Sartre et les nouveaux réacs - Michel Onfray - Le Monde 02/05/2011).

 

Souvenir de cette journaliste qui, dans un quotidien de gauche...si bien éduquée, si littérairement correcte, qu'elle ne s'est pas permis la moindre émotion, car lorsqu'on parle littérature dans les milieux chics et chocs et pros n'est-ce pas, on n'est pas dans la saleté des choses mais dans la propreté et je dirais même la propriété des mots. (La littérature hors les murs - Nancy Huston - Le Monde 08/05/2011).

 

"Si une foule violente attaquait l'Elysée ou la Maison Blanche, comment réagiraient la police et les gardes du corps ?", interroge Genc Pollo, le ministre de l'innovation et de la communication. L'enquête sur l'action des forces de l'ordre, elle, est dans l'impasse (le 21 janvier les gardes nationaux avaient ouvert le feu en visant les manifestants). "La violence du combat politique en Albanie vient de notre expérience communiste, pendant cinquante ans, dit Edi Rama, dans son bureau au siège du PS. Dans cette culture, il n'y avait pas d'opposants mais des ennemis à détruire. " (En Albanie, la vie politique, tendue et figée, handicape la marche vers l'Europe - Piotr Smolar - Le Monde 08/05/2011).

 

Les pouvoirs publics savent ce qu'ils font. Propager la terreur. Tuer les protestations dans l'oeuf, ne pas attendre que la foule se masse sur place, comme au Caire. Alors que les manifestatations en Tunisie et en Egypte atteignaient rapidement des milliers de participants, les forces syriennes s'abattent sur des groupes de vingt, cinquante ou cent personnes. Les services de sécurité ratissent large plutôt que de retenir un petit nombre de réfugiés politiques. (Les insoumis de Damas - Asne Seierstad - Le Monde 15/05/2011).

 

Ce qui choque, en France, finalement, c'est cette culture de contre-pouvoir américain. Chez nous, historiquement, la justice a été construite pour protéger les biens et les personnes, et non pour s'ériger en véritable pilier de la démocratie, à hauteur des pouvoirs politique et économique. (L'affaire Strauss-Kahn - Jacques Follorou - 22/05/2011).

 

"...pour répartir plus équitablement les richesses, il faut d'abord les créer. " ("Si elle l'emporte, Martine Aubry sera une présidente compétente" - Laurent Fabius - Entretien avec Sophie Landrin et Thomas Wieder - Le Monde 29/05/2011).

 

"On est en train de boufer le potentiel." C'est ainsi que le chef d'état-major de la marine nationale, l'amiral Pierre-François Forissier, résume l'enjeu de la guerre en Lybie pour la marine française. (La marine française ne peut répondre à une guerre longue - Nathalie Guibert - Le Monde 12/06/2011).

 

46,1 milliards de dollars : c'est le montant des exportations d'armes que les Etats-Unis prévoient en 2011. C'est 50% de plus qu'en 2010. 79% de ces montants est financé par les clients, le reste par les Etats-Unis dans le cadre de programmes d'assistance.

 

Près d'une ferme, la caporal-chef Emilie (pour des raisons de sécurité, seul le prénom des militaires engagés à Tagab est mentionné), auxiliaire sanitaire au sein de la 2ème compagnie, remarque un groupe d'Afghans qui la pointent du doigt en parlant à voix haute. Elle demande à l'interprète de la section de traduire leurs propos. Il répond avec gêne : "Ils disent que vous êtes une chienne infidèle...". (L'épreuve afghane des "féminines" - Alexandre Kauffmann - Le Monde 12/06/2011).

Tag(s) : #Lu dans la Presse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :