Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emission intéressante sur Radio Courtoisie, la radio du pays réel et de la francophonie, sur ou plutôt contre l'Art moderne et l'Art contemporain.
Comme on pouvait s'y attendre ni l'un ni l'autre ne sont très appréciés sur cette antenne.

Néanmoins Christine Sourgins, critique, historienne et auteure du livre Les Mirages de l'Art Contemporain, défend l'art moderne et Kandisky tandis que  l'autre invité Jean-Louis Harouel met les 2 dans le même sac. 

D'après lui, citant Alain Besançon, Kandisky (et les autres) en créant leurs propres règles artistiques ont fait la même chose que les communistes décidant que l'économie de marché était  trop compliquée et batissant un système "simplifié" complètement nouveau et surtout "déconnecté"  de la réalité (la réalité c'est...le marché ! Cette affirmation n'est pas si stupide si on y  réfléchit bien, voir Jacques Marseille...).
 
Et si les américains ont promus l'art contemporain dans les années 50 (les Pollock et autres Rothko qui redécouvraient bien après la génération Kandisky, les vertus de l'abstraction) c'est à cause de la...guerre froide !
En URSS le Réalisme Socialiste dominait en tant qu'art officiel. Il fallait donc, en "face",  une forme d'art aussi éloignée que possible : l'abstraction ! L'expression artistique  de la "libre entreprise" !

L'idée est intéressante. Il s'agirait donc d'un choix politique. A l'appui de cette thèse il ajoute
qu'en france les "expérimentateurs"
du début du siècle (par ex Vlaminck) avaient fini, l'âge aidant, par rentrer dans le rang.

Le public, lui, naturellement conservateur, n'était pas forcément très demandeur d'Art Moderne.
Les "modernes" , Picasso par exemple, font le choix de la "laideur", de la "difformité", tandis que je-ne-sais-plus-qui affirme que dorénavant tout est permis, ce qui pour Roger Caillois revient à dire qu'on va donc pouvoir faire "n'importe quoi". 
Semble t-il l'expo Picasso et Les Maitres n'était pas à son avantage. Les oeuvres originales ayant tendance à faire de l'ombre aux oeuvres de Picasso...  
D'ailleurs je n'avais pas souhaité la voir, appréhendant aussi il est vrai les "foules"  qui, semble t-il, s'y sont précipitées...

Autre idée : chaque nouveau peintre est tenu d'innover par rapport à ces prédécesseurs, l'innovation devient une fin en soi. 

C'est l'apparition de la photographie qui a apparemment précipité les choses. 
La peinture perdait d'un coup sa légitimité.
Il lui fallait alors à tout prix s'émanciper de la réalité.

Bourdieu, qui à mon avis n'a pas l'imprimatur de cette radio, n'est pas si éloigné lorsqu'il  
affirme (dans La Distinction) que la distance qui existe entre la réalité et une oeuvre contemporaine est finalement la même qui existe entre, pour faire court, le bourgeois et le prolétaire (censé être plus  proche du réel à cause de ses difficultés quotidiennes à subvenir à ses besoins).
Tag(s) : #Radio

Partager cet article

Repost 0