Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marc Riboud a 85 ans et il est photographe.
En 1955 il part en Asie.
D'abord l'inde puis la Chine.
Il ne voit rien des atrocités du régime de Mao. "Je venais de passer un an en Inde où j'avais vu la pire des pauvretés, alors qu'en Chine je voyais des gens travailler".
Il ajoute " Les grandes révolutions passent par là".
Si on prend le temps de s'y arrêter, cette phrase est lourde de signification.
Tout d'abord il légitime les révolutions.
Mais on pourrait dire que les révolutions n'ont pas à être ou pas légitimées : elles ont lieu un point c'est tout.
Pour autant rien n'interdit de les juger après coup. La révolution chinoise pour Riboud a plutôt été une bonne chose. Les atrocités sont finalement le lot de toute révolution, semble-t-il dire. Ce n'est pas pour ça qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain. 
A 85 ans, il n'a toujours pas compris. Il dit même "déteste(r) la Chine d'aujourd'hui, les excès du capitalisme". Mao, revient !

Dans les colonnes du même journal l'historien Stéphane Courtois nous disait qu'il ira voir Katyn le film d'Andrzej Wjada sur le massacre pendant la seconde guerre mondiale d'une grande partie des officiers polonais par les Russes, dont le propre père du cinéaste a été victime. L'historien rappelle aussi sur une radio que ce massacre n'a été que la partie émergée de l'iceberg.

Il est urgent de lire Le Livre Noir du Communisme dirigé par Stéphane Courtois qui publie une suite Du Passé faisons Table Rase (c'est aussi le titre d'un excellent polar de Thierry Jonquet signé à l'époque Ramon Mercader, du nom de l'assassin de Trotski).

Pour faire  "contrepoids ", et ne pas être sectaire, on pourra lire avec intérêt, sur la toile, ce que Gilles Perrault écrivait dans Le Monde  Diplomatique en 1997 à propos du Livre Noir...Gilles Perrault, pour qui le Livre Noir du Capitalisme s'écrit tous les jours sous nos yeux et dans nos vies...

Stéphane Courtois qui a pourtant participé aussi au Livre Noir de la Révolution Française a pourtant des indulgences pour la Terreur en affirmant que dès 1792 elle était terminée...

Terminons avec Léon Blum, en 1939 : " Ah ! Ils (les bolcheviques) auront décidément tout dégradés ! Avant tout que la faillite effroyable du bolchévisme (le communisme russe) ramène les esprits pervertis ou égarés aux vieilles idoles, (...) la liberté, (....) la justice, (...) le progrès humain...".   


 
Tag(s) : #Lu dans la Presse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :