Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kirk Douglas dans un film de science-fiction ?
Le film s'appelle Saturne 3 et date de 1979.

Après tout avant cela il avait déjà joué le capitaine Nemo dans 20000 lieux sous les Mers, d'après Jules Verne, un des précurseurs de la science-fiction.

La terre meure de faim.
Kirk Douglas (Adam !) et sa dulcinée (Alex), dont le tatouage "tympanique" (bonne idée ces taouages qui fonctionnent un peu comme des cartes d'identité) indique qu'elle n'a jamais mis les pieds sur la terre, sont chargés de résoudre le problème de la faim dans le monde.
Les cultures hydroponiques voilà le secret !
Mais les recherches traînent en longueur...

Harvey Keitel rejoint la station spatiale, installée sur un satellite de Saturne, pour leur prêter main forte.
Seulement il s'agit d'un astronaute écarté de la mission et qui jaloux a pris la place du titulaire en l'assassinant d'une manière atroce...   
Il entreprend d'assembler un robot humanoïde de grande taille qui devrait pouvoir se charger de nombreuses taches...mais celui-ci s'identifie à son "créateur" et commence à "dérailler"...

Dès son arrivée le capitaine (HK) a fait savoir à Alex qu'il souhaiterait "utiliser son corps" à sa guise comme cela se pratique sur Terre...Elle lui répond qu'elle "appartient" à Adam... 

Le film permet d'ailleurs de se rendre compte que
Yssur Danielovitch Demsky (Kirk Douglas), alors âgé de 63 ans tient toujours la forme.
Ce qu'illustrent les nombreuses scènes de jogging ou d'exercices physiques.
Au lit ça va bien aussi : la belle et blonde Alex, bien plus jeune, semble parfaitement heureuse...
Même s'ils ne peuvent pas sortir sans scaphandre ils ont la belle vie, comparé aux conditions terrestres...qu'on ne voit d'ailleurs jamais...
Le réalisateur, Stanley Donen (né en 1926), danseur devenu un des piliers d'Hollywood, montre qu'il a vu 2001 l'Odyssée de l'Espace. Le film se laisse regarder, on ne s'ennuie pas, mais on est pas complètement convaincu non plus.  

Il existe au moins deux films de science-fiction portant le titre Supernova. Dans l'un d'eux, qui date de 2000, on retrouve James Spader déjà au générique d' Alien Hunter . C'est encore d'une histoire d'Alien qu'il s'agit, le film s'inspirant même assez nettement d'Alien, le 8ème passager (1978).
Là aussi un vaisseau, "perdu" aux fins fonds de la galaxie, répond à un appel de détresse...
Le trait de génie de Walter Hill (Sans Retour, Les Guerriers de la Nuit, 48 Heures, Un seul deviendra invincible) c'est qu'il n'y a pas...d'Alien dans son film !
Il est pratiquement impossible de toute façon de faire mieux que la créature imaginée par l'artiste suisse Giger pour la saga Alien...



Dans Alien Hunter, l'Alien, bien que laid, s'avérait être plutôt un bon bougre un peu trouillard. Ce qui illustrait l'idée que ce qui est moche n'est pas forcément méchant, etc...

Ici il y a bien un "artefact" Alien (une espèce de machin mi-organique luminescent de petite taille) mais ce qui compte c'est  plutôt l'attraction qu'il exerce sur les hommes et l'effet qu'il produit sur eux.
Le Nightingale recueille à son bord un "naufragé" qui affirme être le fils de l'ancien amant du charmant docteur interprété par Angela Basset, médecin du bord.
Il "oublie" de prévenir l'équipage qu'il transporte un artefact alien...
Lors du saut dans l'hyper espace le capitaine du vaisseau n' a pas survécu, James Spader, un ancien pilote de chasse spatial, prend le commandement et décide de se débarrasser de l'artefact.
Ce n'est du goût du naufragé qui entreprend de décimer l'équipage.
Il faut dire qu'il est doué d'une force herculéenne...
En effet ceux qui entrent en contact avec l'Alien voient leurs os se renforcer.
Et ce n'est pas tout : ils rajeunissent et guérissent presque instantanément lorsqu'ils sont blessés..
Ce n'est pas le seul problème : le vaisseau se retrouve dans le champs de gravitation d'une supernova sur le point d'exploser.
Et comme si cela ne suffisait pas l'artefact se révèle être une vraie bombe à retardement...

En fait il a fallu 2 réalisateurs
et paraît-il...Coppola au montage (!) pour que le film voit enfin le jour...  

L'ambiance à bord du vaisseau, n'est pas si éloignée de celle qui règne à bord des vaisseaux de films plus connus comme Mission to Mars ou Planète Rouge, deux films sortis la même année, et sans être aussi réussi, Supernova est un cran au dessus d'Alien Hunter. 

Il y a dans les deux films (Supernova et Saturne 3) une charge érotique non négligeable...
Tag(s) : #Raretés et nanars SF

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :