Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'étais pourtant impatient de voir le dernier opus du maître.
La bande annonce était alléchante (même si pour certains elle annonçait un film "cousu de fil blanc") et lorsqu'on est comme moi un fan de celui qui est à la fois acteur, réalisateur et a aussi des compétences musicales, le film devenait incontournable.
Je ne l'ai pourtant vu qu'hier.
J'étais resté sur une excellente impression après avoir vu le précédent film de Clint Eastwood, puisque c'est de lui qu'il s'agit, L'Echange.    
Voilà
un film qui m'a vraiment marqué et peut-être celui qui m'a le plus impressionné, au sens littéral, ces dernières années.
On n'a en effet pas assez parlé de la dimension "horriifique" du film. Une horreur d'autant plus "horrible" qu'elle n'a rien à voir avec les films du même nom mais s'inscrit dans une réalité bien plus sordide.
Je suis en train dévoquer bien sûr tout ce qui dans le film se rattache au tueur d'enfants.

Et Gran Torino alors ?
C'est un film plein de bons sentiments.
Trop plein ?
Peut-être.

C'est aussi un film qui joue sur (et déjoue) de nombreuses attentes et dans une certaine mesure "récapitule" 50 ans de carrière.

C'est sans doute pourquoi on a pu parler de film testamentaire.
D'autant plus que CE a lui-même annoncé qu'il s'agissait de son dernier film en tant qu'acteur. Et qui sait de son dernier film tout court ?


Quelles attentes est-ce j'évoquais plus haut ?

D'abord la bande annonce, un peu roublarde, incite à penser que l'inspecteur Harry, ou l'idée qu'on s'en fait, est de retour. 
Un inspecteur Harry vieillissant, plus aigri que jamais. On pourrait même dire une caricature. Mais très vite (trop vite ?), sous la façade, Walt Kowalki montre qu'il a un coeur et peut même sympathiser avec ces voisins asiatiques, lui qui en Corée avait plutôt tendance à leur tirer dessus.
Ensuite la construction même du film laisse à penser qu'on va avoir droit à un final digne d'Impitoyable. C'est à dire que ça va se terminer en fusillade et que beaucoup de méchants vont resté sur le tapis.
Mais l'acteur comme le personnage ont vieillis et la vieille loi "oeil pour oeil dent pour dent" ne peut plus avoir court.
Ce ne serait d'ailleurs pas politiquement correct.
D'autant que Walt s'efforce de transmettre ses valeurs de travail, d'effort, de respect à l'adolescent  mong qui, entrainé par une bande a d'abord essayé de lui voler sa voiture, la Gran Torino qui a donné son titre au film.
Maintenant, sans doute un effet de l'âge, j'ai de plus en plus souvent la larme à l'oeil lorque je regarde certains films. Gran Torino a été particulièrement lacrymal pour moi. Ce qui n'est pas forcément un gage.
Si on est privé du "coup de feu" final on appréciera quand même le cassage de gueule d'un des voyous.
Et la fin, même si elle déçoit bien des attentes, est quand même une vraie surprise.
Un film dans la veine de Million Dollars Baby, en un peu moins réussi.
Un film aussi qui aurait gagné à être plus ramassé. Dix minutes ou un quart d'heure de moins aurait raffermi le propos.
Pas
un chef d'oeuvre donc mais un film respectable réalisé et joué, quand même, par un grand monsieur.
Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0