Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après le JFK d'Oliver Stone (voir papier du 19/12) j'avais depuis longtemps envie de voir Bobby d'Emilio Estevez. C'est chose faite et le film s'avère largement à la hauteur de mes attentes.

Sorti dans l'hexagone en 2007, Bobby n'a pas tellement fait parler de lui. La presse lui a pourtant été plutôt favorable mais je ne suis pas sûr que le public ait suivi.

Le film bénéficie pourtant d'un casting rare : Emilio Estevez lui-même, son père Martin Sheen (Apocalypse now), Anthony Hopkins (Le silence des agneaux), Christian Slater (Le nom de la rose), Laurence Fishburne (Assaut sur le central 13), Demi Moore (Harcèlement), Sharon Stone (Broken flowers), William H Macy (Cellulaire), Elijah Wood (Le seigneur des anneaux), Harry Belafonte (Le monde, la chair, le diable), Helen Hunt (Pour le pire et pour le meilleur), Ashton Kutcher (L'effet papillon), Shia Labeouf (Paranoïak) et bien d'autres...

Bobby bien sûr c'est Robert Kennedy, le frère du président John Fitzgerald Kennedy, assasiné à Dallas en 1963. Bobby, sénateur démocrate et ancien ministre de la justice de son frère, se lance à son tour dans la course à la présidence en 1968. 

L'hôtel Ambassador de Los Angeles s'apprête à recevoir la visite du sénateur Robert Kennedy.  Son équipe de campagne est sur les dents, de même que les employés de l'hôtel.

Le directeur décide de renvoyer son adjoint qui n'a pas informé le personnel de son droit de s'absenter pour se rendre dans les bureaux de vote...Une chanteuse qui se sent vieillir prépare son show en buvant bourbon sur bourbon...Une jeune fille accepte d'épouser un camarade de classe pour lui éviter le Vietnam...Un ancien portier de l'hôtel continue à y venir pour disputer quotidiennement une partie d'échecs avec un autre vieil employé...Une cliente se rend compte qu'elle a oublié la paire de chaussures noires qu'elle comptait porter à la réception donnée en l'honneur de celui qui sera probablement le prochain président des Etas-Unis...

Estevez nous offfre, à la manière de Robert Altman, un film choral très bien mené et constellé de numéros d'acteurs éblouissants. De nombreuses images d'archives nous montrent Bob Kennedy en situation et permettent de se familiariser avec son discours de réconciliation nationale et de rejet de toute forme de violence.  Mais il sera lui-même, comme son frère avant lui, victime de cette violence.   

Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0