Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog






                                                           
J'ai vu Secret défense au cinéma il y a moins d'un mois et ça m'était complètement sorti de la tête. Autrement dit, sauf si ma mémoire flanche encore plus que ce que je croyais, ce n'est pas un film qui m'a profondément marqué. On passe certes un bon moment. On ne peut pas dire qu'on s'ennuie. On se lasse quand même à la longue de l'expression toujours grave de Gérard Lanvin et surtout on ne peut pas s'empêcher de rapprocher ce film d'un autre, anglais celui là, sur un sujet assez proche et beaucoup plus convaincant. Deux frères et soeur, sujets britanniques d'origine pakistanaise, choisissent l'un de travailler pour le MI5, l'autre, mais ce n'est pas véritablement un choix, glisse peu à peu vers le terrorisme islamique.
Signé Peter Kominsky (Warriors) Les graines de la colère dure 3 heures et demi, se termine très, très mal et pourtant à la fin on en redemande. Le film de Philippe Haïm (Les Dalton) a reçu l'imprimatur d'anciens officers de renseignement et on a même vu l'un d'eux sur les plateaux de télévision. Pour autant il est peut-être préférable de regarder un autre Secret défense, celui signé par Jacques Rivette en 1998 avec Sandrine Bonnaire. J'avoue ne pas l'avoir encore vu mais il semble prometteur. Je suis très  friand de ce genre de film et je conserve par exemple un excellent souvenir du film d''Eric Rochant Les Patriotes (1994) avec Yvan Attal.
Agents secrets, réalisé en 2004 par Frédéric Schoendoerffer, le fils de Pierre Schoendoerffer (la 317ème section), un de mes réalisateurs fétiches, a également pour ambition de montrer le quotidien des agents secrets en mission.
Là encore si on ne s'ennuie pas non plus on reste néanmoins dubitatif. Là encore le film est à priori bien documenté avec un scénario qui rappelle férocement l'affaire (calamiteuse) du Rainbow Warrior. On a d'ailleurs pu voir sur Canal une adapatation télé qui tenait la route. Là il ne s'agit pas de couler un bateau de Greenpeace mais un bateau plein d'armes. Mais il y a le "même" couple, propre sur lui, aux commandes et aussi les inévitables nageurs de combat.
J'avais quand même préféré Scènes de crime (1999), la première réalisation de  FS avec André Dussolier, qu'on a quand même plaisir à retrouver ici, et Charles Berling, également à nouveau au générique mais très vite sacrifié.      
Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0