Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quoi est-ce que ça rime de lire en 2009 La comédie du pouvoir écrit à chaud en 1977 par Françoise Giroud peu après son passage au gouvernement sous le règne du président Giscard ? Pourquoi ne pas plutôt se précipiter sur le dernier ouvrage paru sur Sarko ou Sego ? Ce serait effectivement peut-être plus judicieux mais j'avais envie de lire depuis longtemps ce témoignage de celle qui fut avec Jean Jacques Servan Schreiber (JJSS) la fondatrice de l'hebdomadaire l'Express. Je n'ai jamais été un fan, ni de l'express ni de Françoise Giroud, et  je l'ai véritablement découverte à travers ce livre. Une autre raison pour le lire aujourd'hui c'est son actualité : presque tout ce qu'elle dit pourrait s'appliquer à la situation actuelle.
Il faut dire qu'à l'époque, juste après le choc pétrolier, la France, et pas seulement elle, était déjà (encore ?) en crise.
C'est sans doute ce qui rend si proche le septennat de Giscard et le quinquenat de Sarkozy. En fait je dis ça un peu à la légère (d'une certaine façon Sarko c'est l'anti Giscard, il ressemblerait plutôt au Chirac des même années 70) mais on verra que si les hommes changent, le pouvoir et la nature humaine, restent. Le livre frappe en effet par la permanence de certains constats. Ce n'est pas un livre de journaliste, ou plutôt c'en est un, puisqu'elle est d'abord journaliste mais c'est surtout un témoignage de première main, de "l'intérieur". J'ai eu la chance de tomber par hasard sur un exemplaire dédicacé (envoi de l'auteur) mais en fait cela arrive assez souvent lorqu'on achète surtout des livres d'occasion...Même si elle prévient qu'elle ne divulguera aucun secret (lesquels d'ailleurs étant donné que le temps a passé n'en sont certainement plus) elle nous fait quand même pénétrer dans le saint des saints...Dernièrement j'ai eu l'occasion de revoir le documentaire de Raymond Depardon qui avait pu suivre Giscard tout au long de sa campagne présidentielle. Le futur président s'imaginait que le documentariste était en quelque sorte à son service alors que bien sur RD avait sa propre vision. Après ce film je crois qu'il n'a plus jamais été possible d'approcher un candidat d'aussi près...FG nous en apprend aussi beaucoup sur VGE et sur la France. "Staline ou pas Staline, l'Union Soviétique portait en elle le goulag. De Gaulle ou pas de Gaulle, la France n'est plus une grande puissance..."  Déjà à l'époque ? Eh oui..." Les dispositions essentielles par lesquelles Roosevelt...a assuré en 1932 le redressement des Etats-Unis en proie au désespoir  ont été prises en moins de trois mois...toujours en disant la vérité au pays". Certains pensent aujourd'hui que le New deal n'a en fait pas été pour beaucoup dans le redressement du pays et que FDR a surtout bénéficié de la conjoncture et il faudrait aussi peut-être vérifier la réalité...de ce langage de vérité. En tout cas VGE lui n'est pas du genre à se précipiter et dire la vérité aux français est tout simplement inenvisageable...ça risquerait de les déprimer ! Prendre son temps est parfois payant : ainsi de "l'avortement  libre" qui "a fini par trouver plus de défenseurs que d'adversaires". Ainsi va la France : "Peut-être la meilleure administration du monde, corruption rarissime (c'est quand même bon à savoir), sens de l'Etat développé". Mais les réformes ne se font pas...en France "on ne supprime jamais rien sauf les lignes de chemin de fer au moment où l'on cherche (déjà !) à diminuer la circulation individuelle". Il faut réduire les inégalités mais " n'est-il pas vrai qu'en 50 ans elles ont été d'avantage réduites que pendant 2 siècles ?" (grace à l'élévation vertigineuse du niveau de vie) mais ce que l'on retient du passé "c'est toujours ce qui allait mieux. L'air et l'eau n'étaient pas pollués (les prémises de l'idéologie écologiste)...on pouvait circuler...l'instituteur était respecté...les enfants obéissaient...on n'était pas tout le temps pressé..." . (A suivre...)             
 
Tag(s) : #Journal de lecture

Partager cet article

Repost 0