Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai revu sur petit écran Le choix des armes d'Alain Corneau (1981) avec Montand, Depardieu, Deneuve, Anconina, Galabru, Lanvin. Même à la télé c'est un film éminemment cinématographique. Par son format tout d'abord : si ce n'est pas du cinémascope c'est en tout cas très proche. Il faut dire aussi que pour l'édition DVD (avec sa superbe jaquette "série noire") le film a été remastérisé en haute définition. Même sur ma vieille télé le résultat est irréprochable. La photographie signée Pierre Wiliam Glenn nous offre des images nettes et contrastées (débarrassées des ombres dans les angles supérieurs propres aux films des années 60) et les quelques vues de l'Irlande sont d'une beauté à couper le souffle. Sur le plan dramaturgique, mais aussi et surtout cinématographique, Corneau se posait en digne héritier de Melville (Le Cercle Rouge) mais avec l'apport du cinéma policier américain contemporain (Melville lui avait revisité à sa façon, comme Leone avec le western, le polar made in US des années 40 et 50). Comme chez  Melville on ne parle pas beaucoup dans ce polar béhavioriste où les actes en disent beaucoup plus long que les mots.                                                                                                                                                     Le scénario digne de la grèce antique ou de Shakespeare confrontent 2 générations de flics et de gangsters

jusqu'au drame final. Je tenais Le Choix des Armes pour inférieur à  Police Python 357 (1976) et à La Menace (1977) mais je suis obligé de réviser mon jugement. Corneau s'est bonifié tout au long de ces 3 films qui composent une trilogie noire probablement inégalée dans l'histoire du cinéma policier hexagonal. Pas une image, pas un son,  pas un plan de trop dans ce joyau d'une pureté cinématographique rare.   

Ennemi Public n° 1, deuxième volet de la  saga Mesrine, m'a une fois de plus (voir l'article consacré à l'Instinct de Mort) donné un sentiment de malaise alors même que j'appréciais beaucoup la prestation de Vincent cassel, un peu moins celle de Mathieu Amalric et beaucoup celle de Ludivine Sagnier. Le scénario est certes en béton mais le traitement cinématographique laisse un peu le spectateur sur sa faim. Pourtant  je pense que c'est un choix délibéré de la part de Richet. S'il avait choisi un format proche du cinémascope, le film aurait perdu en réalisme.

Mesrine aurait gagné une aura dont Vincent Cassel ne voulait pas. D'où, pour moi, le coté téléfilm, téléfilm réussi bien sûr, qui je pense est voulu. Il est aussi possible que j'ai la vue qui baisse (sans rire) et que je supporte moins bien le grand écran. Surtout quand ça bouge dans tous les sens lorqu'il y a de l'action. Mais cela tient aussi à une mode vieille d'une bonne décennie si ce n'est plus, chez certains cinéastes, qui consiste à bouger la caméra dans tous les sens pour restituer la violence. Je sais je me répète. Pour conclure : vivement que Mesrine passe à la télé !           

Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0