Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christophe de Ponfilly, documentariste reconnu (Massoud l'afghan) décide au début des années 2000 de raconter l'histoire d'un soldat russe fait prisonnier par les combattants afghans puis relâché après quelques mois par le commandant Massoud.  Il réalise alors son premier film de fiction, L'étoile du soldat, qui sortira en 2006 à titre posthume, CdP s'étant donné la mort quelques temps avant à Rambouillet. On pense tout de suite à un autre film de 1988, américain celui-là, dont l'argument est le même, La bête de guerre avec Jason Patric. Il s'agit d'un bon film de guerre qui montre assez bien le quotidien de l'équipage d'un char russe pendant le conflit afghan. Mais le traitement est assez différent.

CdP filme en journaliste (mais aussi on le verra en cinéaste) et il a d'ailleurs un alter ego dans le film en la personne de Vergos lui aussi journaliste français, aux cotés des résistants afghans. En 2001 il est de retour en Afghanistan lorsque les tours du World trade center s'écroulent. Le commandant Massoud vient tout juste d'être tué dans un attentat. A un moment vers la fin du film la voix off (Philippe Caubère) nous dit que les plus de 2000 victimes de New York s'ajoutent au 1 million et demi d'afghans sacrifiés et aux 13000 soldats russes tués. Devant la caméra de Vergos un commandant afghan se demande "pourquoi les américains aident ces fous d'arabes et de pakistanais ?". En effet la CIA finançaient des islamistes parmi les plus radicaux : "En soufflant sur le feu la CIA a dispersé les braises à travers le monde". Il s'agissait de faire de l'Afghanistan le vietnam des russes. Cela a d'alleurs fonctionné au delà de leurs espérances en provoquant in fine la chute de l'Union soviétique. Eric Laurent dans son livre La face cachée du 11 septembre montre bien que les mouvements intégristes sont pratiquement une création des américains. Ils les ont utilisés pour lutter contre le communisme et bouter les russes hors d'afghanistan. Sur le sujet on peut voir aussi l'excellent et récent  film La guerre selon charlie wilson avec Tom hanks.

A propos de Massoud très idéalisé en Occident en partie d'ailleurs grace à CdP, Eric laurent dit aussi, si je me souviens bien, qu'il n'était idéologiquement pas si éloigné que ça d'un Ben laden. Ce n'était surement pas le point de vue de CdP.

Pourquoi filmer la guerre, se demande t-il,  ce ne sont que des images et la guerre reste un spectacle. Mais il se demande aussi où étaient les caméras du monde entier pendant que les afghans se faisaient massacrer  alors qu'elles ont montrés le double attentat du WTC ad nauseam ? 


L'étoile du soldat c'est la nouvelle étoile qui brille dans le ciel chaque fois qu'un combattant afghan est tué.

Les images du film sont très  belles en extérieur, nettes et contrastées, malgré le format presque carré. Elles sont par contre un peu trop éclairées en intérieur et en plans rapprochés. La russie sous la neige donne de spendides images, de même que les paysages afghans aux couleurs saisissantes. Soldats russes et moudjahidins sont un peu trop "propres" et le commentaire parfois un peu trop solennel.

L'acteur qui incarne Nicolaï, Sacha Bourdo, d'origine russe, est étonnant : il a le même regard que Buster keaton. On a déjà pu le voir dans Western avec Sergi lopez.

C'est Patrick Chauvel (le Petit lieutenant) qui interprète le journaliste et il est lui-même, avant d'être acteur, reporter photographe, correspondant de guerre, et considéré par certains comme le "photographe le plus fou de la planête". Il a également joué dans des films de Schoendoerfer (qui est son oncle !).  Il me semble qu'il était avec Benazir Buto pendant qu'elle était assignée à résidence quelque temps avant son assassinat. Le vrai Nikolaï qui s'apprêtait à rejoindre la France (il avait appris le français à l'école) après sa libération à lui aussi été assassiné au Pakistan.       

Tag(s) : #Films de guerre

Partager cet article

Repost 0