Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quantum of solace (au fait qu'est-ce que cela signifie en français ?) est le petit dernier de la saga James Bond. Il fait suite à Casino Royale (2006) qui intronisait Daneil Graig, plutôt à son aise pour sa première prestation. Il renouvelait à sa manière, plus musclée, la figure du célèbre espion de sa majesté. Dans ce nouvel opus l'acteur manque peut-être un peu d'humour. Je suis un inconditionnel de James Bond mais là j'avoue que je décroche un peu. J'avais été impressionné par le précédent lorque je l'avais vu au cinéma et déçu lorque je l'avais revu en DVD (?). Cette fois j'ai été déçu dès la première vision. Vivement la sortie en DVD ! Sombre et violent, le film aurait du me plaire mais trop de scènes d'action nuisent à...l'action. On attendait plus de marc Forster (A l'ombre de la haine) qui n'est à priori pas un spécialiste mais n'a de toute façon pas su imprimer sa marque. L'idée de l'eau, comme nouvel enjeu international, n'est pas mauvaise (voir le roman d'anticipation Aqua Tm de jean-marc ligny). Pour finir cette façon de filmer les scènes d'action  (plans ultra courts, montage hyper cut, qui gangrène les écrans depuis au moins 10 ans)  donne mal au crâne. Sur petit écran ça passera sans doute mieux. Cronenberg (History of violence) ou les frères Cohen (No country for old man) ne filment pas la violence de cette façon. Un mot encore : les James Bond girls ne cassent pas des briques. En tout cas je préfère Gema Arterton (Fields) à Olga Kurylenko. Ah oui on est bien content quand même de revoir Mathieu Amalric, acteur français plus habitué aux fims d'auteur (tiens encore un français dans un rôle de méchant dans un film américain), après le Munich de Spielberg. Il faut dire qu'il a des yeux noirs assez inquiétants.    

Tag(s) : #Cinéma & DVD

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :