Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans Le Monde daté 19/20 octobre Jacques Mandelbaum livre en page 2 son analyse sur la vogue actuelle des rebelles au cinéma. Outre qu'il nous donne envie de voir les 2 films consacrés à Coluche et Mesrine  bientôt sur les écrans, il rappelle l'existence, sur le même thème, de films récents, A Tout de Suite (Benoit jacquot, 2004), Le Dernier Gang (Ariel Zeitoun, 2007) ou Sans armes ni haine ni violence (Jean-Paul Rouve, 2008). Des 3 c'est le moins connu, le film de Benoit Jacquot (avec Isild Le Besco, que j'ai d'ailleurs vu l'autre jour à la piscine) que j'ai le plus envie de voir. L'auteur nous montre surtout qu'il considère que nous sommes dans une période prérévolutionnaire, ainsi que l'a affirmé Georges Pébereau (ancien président de la Compagnie générale des eaux) le 17 septembre dans les colonnes du journal. D'après lui ce sont "les cadres et d'une façon générale les classes moyennes (qui) seront demain comme les bourgeois naguère les catalyseurs de la révolution. A l'évidence pour Mendelbaum la remise sous les verrous de Jean-Marc Rouillan, fondateur d'Action Directe, va dans ce sens. Le pouvoir craint-il que Rouillan fasse des émules ? Ou tout simplement celui a-t-il tenu des propos inacceptables ? Celui-ci n'a jamais émis le moindre doute sur son passé terroriste (certains diraient "militant") ni manifesté de remords ni de regrets à propos des assassinats de René Audran et Georges Besse.  Quelques pages plus loin on apprend que Sabrina Rossa fille de Guido Rossa assassiné par les brigades rouges est choquée par le refus de la France d'extrader Marina Petrella alors même que 30 ans après elle "tend la main à l'un des assassins de son père", estimant qu'il "a passé 28 ans en prison et (qu'il) a donc droit à la liberté". Peut-être aussi a-t-il admis s'être fourvoyé à l'époque et manifesté des regrets sincères ? Il  y a un autre film à revoir : Les cents jours de Palerme de Giuseppe Ferrara (1984) dans lequel le général Dalla Chiesa (Lino Ventura) mène la lutte contre la mafia après s'être attaqué aux brigades rouges.     

 

Il est question en page 4 du "paquet forêt". Interviewé le ministre brésilien de l'environnement  annonce 5 millions d'hectares supplémentaires pour l'éthanol. En précisant que cet éthanol doit être complètement vert (pas d'engrais chimiques, etc ?) Le brésil peut se le permettre mais certains experts pensent que le développement des biocarburants se fait au détriment des cultures vivrières... 

 

Page 9 un gros titre : Discipliner les rémunérations colossales de Wall Street. En effet certains pensent que ces rémunérations ne sont pas pour rien dans les prises de risque inconsidérées des banques avec les "actions pourries". Cela rappelle néanmoins une vieille lune : l'idée que les gros salaires représentant plusieurs milliers de SMIC sont choquants et que si on les redistribuait aux plus pauvres cela…représenterait des clopinettes. Cette vérité mathématique n'empêche pas de penser effectivement qu'il n'est pas sain de distribuer des parachutes dorés à des dirigeants qui ont échoués. Mais si un pays entreprend de réglementer dans ce domaine est-ce qu'il ne deviendra pas difficile de trouver des grands patrons, qui n'auront qu'à aller voir ailleurs, là où les rémunérations sont les plus élevées ?

 

C'est Nouriel Roubini, un des rares économistes à l'avoir annoncer, qui est chargé de décrypter la crise, en page 13. Au début du 2èmeparagraphe il est question de "ce fils d'un marchand de tapis né à Istanbul" et au début du 4èmeparagraphe de "ce fils d'Iraniens aisés". Les 2 propositions sont certainement vraies mais donnent 2 images fort différentes.

Tag(s) : #Lu dans la Presse

Partager cet article

Repost 0