Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musée Picasso

C'est le bon moment pour aller découvrir en nocturne le Musée Picasso, trois mois après sa réouverture.

Lorsqu'on commence la visite vers 18h, on a juste le temps de parcourir les nombreuses salles réparties sur quatre niveaux.

L'ancien Hôtel particulier a été réaménagé au mieux, jusqu'aux combles, repeint en blanc et chaque mètre carré semble avoir été dévolu à l'accrochage. L'ancien (les boiseries, l'escalier monumental) côtoie harmonieusement le moderne : Picasso.

Il y a beaucoup à (re)découvrir et ce qui frappe, même si c'est un secret de polichinelle, c'est l'extraordinaire diversité des styles et des supports.

La profusion n'empêche pas la frustration devant l'absence des chef d’œuvres grand format : Guernica (évoqué au sous-sol) ou Les demoiselles d’Avignon (mais on peut voir des travaux préparatoires)...

L'accrochage thématique permet de comparer deux tableaux distant parfois de plus de cinquante ans.

Même si on en connaissait déjà la force, on est frappé par la maîtrise de l'artiste en jeune homme - par exemple lorsqu'on contemple le très connu Autoportrait de 1901 (période bleue) où il parait plus vieux que ses 20 ans - contrairement à bon nombre d'autres artistes, dont les œuvres figuratives (ou impressionnistes) peintes à l'âge de l'apprentissage, semblent après coup maladroites et sans personnalité (Klee, Kandinsky...).

Picasso fait partie de ces artistes dont on est sommé de reconnaître le génie ou à tout le moins l'extrême virtuosité et la folle inventivité. J'aime à la fois le personnage et sa peinture, rien ne me choque dans son oeuvre - c'est un artiste qu'on aime ou qu'on déteste - et j’admets sans peine que son apport a été immense, mais je n'ai jamais été touché au plus profond devant une de ses toiles. Dans le musée les tableaux qui m'émeuvent le plus sont sans doute les deux toiles les plus pauvres (arte povera ?) et en même temps les plus abstraites. Sur l'une d'elles une bande de papier journal cohabite avec un morceau de toile de jute aux couleurs délavées (voir ci-dessus).

La surprise vient de l'oeuvre gravée, érotique parfois puissante toujours, des sculptures en "fil de fer" et autres métaux, peints ou non, et du ready-made fait d'une selle de vélo et d'un guidon qui deviennent tête de taureau.

Sa tête de mort sculptée (1943) impressionne - sa chaise, qui supporte une palette de tissu, des pots et des pinceaux, fait sourire - La tête de femme de 1940, au sourire ou au rictus carnassier (on dirait Snoopy de profil très fâché et montrant les dents) surprend.

il a su parfois utilisé des effets de matière que n'auraient pas renié Max Ernst - qui fut longtemps mon peintre et virtuose du collage préféré - également présent dans l'exposition à travers une toile très connue qu'on découvre minuscule.

Sous le toit, comme reléguées, les toiles de maîtres - Boudin (?), Matisses, Cézanne, Gauguin, Le douanier-rousseau... - issues de la collection privée du génie ne font pas le poids, écrasées dans leurs cadres dorés, sauf peut-être le portait féminin et quelques natures mortes signé Matisse.

Leur intérêt vient aussi du fait qu'il s'agit parfois d’œuvres de jeunesse qui ne cadrent pas forcément avec l'idée qu'on se fait de l'artiste.

On les a peut-être aussi trop vu en reproduction : ici elles paraissent plus petites, leurs couleurs plus ternes, ce sont pourtant les originaux ! Encore une fois, à l'ère de la reproductibilité, l’œil déformé par les clones disponibles en un clic sur tous les écrans, nous (je) sommes devenus incapables d'apprécier les vraies.

Comme c'est devenu la mode, on a aussi droit à une animation, une performance d'acteurs qui miment plus ou moins les toiles du maître.

Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Musée Picasso
Tag(s) : #Expos

Partager cet article

Repost 0