Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche

C'est une évidence mais j'ai encore pu vérifier samedi dernier que l'on ne connait pas vraiment un artiste avant d'avoir vu une rétrospective de son oeuvre. Je trouvais les Nanas de Niki de Saint Phalle (NDSP) sympathiques mais un peu décoratives.

L'exposition que lui consacre le Grand Palais jusqu'au 2 février 2015 permet de remettre les pendules à l'heure. Non seulement ses Nanas ont évoluées et se sont renouvelées jusqu'à devenir plus expressives que décoratives mais on découvre que l'artiste féministe (partisane du Nana power), disparue en 2002, avait plusieurs cordes à son arc.

A propos d'arme de jet, elle avait initiée sa série des Tirs (1961-1971) avec des fléchettes avant de passer au tir au pistolet et à la carabine. Il ne s'agissait plus alors de mettre en joue une oeuvre achevée mais de provoquer des explosions colorées qui allaient donner vie (à coup de revolver) à des compostions nouvelles à partir d'objets divers et de sacs de couleur recouverts de plâtre immaculé. La mort de l'Art ?

Avant cela ses tableaux "matiéristes", sans être toujours aboutis, avaient déjà éveillé l'intérêt. Surtout NDSP est une artiste qui voit grand, très grand même quand on songe au Jardin des Tarots (1978-1998), vaste parc de sculptures-architectures. Rappelons que l'on peut se faire une idée de son travail et de celui de Jean Tinguely qui fut son mari grâce à la Fontaine Stravinsky à côté de Beaubourg mais on ne saurait trop conseiller l'exposition pour laquelle il vaut mieux toutefois se munir d'un coupe-file.

Même conseil pour l'immense Hokusai (au même endroit jusqu'au 20/11 puis du 01/12 au 18/01/15) que l'on aurait de la même façon tort d'identifier à la seule et fameuse Vague (1830-1831). Mort à 89 ans après avoir consacré sa vie entière à l'Art, Hokusai a beaucoup produit jusqu'à rassembler 3900 dessins en 15 carnets constituant les Hokusai Manga "une encyclopédie du vivant de la vie quotidienne du Japon à l'époque d'Edo (Tokyo) ". Calendriers illustrés, estampes, dessins, livres imprimés, portraits d'acteurs, gravures, peintures, poèmes-bouffes (comiques), manuels de peinture, rien n'échappe à la gourmandise picturale de celui qui signera à la fin de sa vie ses œuvres du nom de "Manji, le vieil homme fou de peinture".

Après un tel programme une Nuit Blanche version light s'imposait. Dans le quartier du Marais, une sélection de courts-métrages projetés en plein air pour une mise en bouche mêlant fantaisie, science-fiction (steampunk) et humour. Au BHV un court encore consacré à un moine bouddhiste déambulant avec une lenteur incalculable dans Hong Kong. Dans l'église Saint Louis Saint Paul une installation et " des projections cymatiques (?) rendent le son visible dans un déploiement de mandalas dansants". Moins intéressant 300 ballons avec leds multicolores place de l'hôtel de Ville et pour finir une expo de photos grand format quai du marché neuf de Williams Daniels : Nuit Noire Centrafrique (Action contre la faim). Et voilà une (mini) Nuit Blanche pliée à 23h30.

Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche
Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche
Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche
Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche
Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche
Niki de Saint Phalle - Hokusai - Nuit blanche
Tag(s) : #Expos

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :