Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers

C'est un événement à ne pas manquer même en cas d'averse. De fait la pluie apporte une dimension supplémentaire, de même que la boue épaisse qui par endroits colle aux semelles.

Il faut descendre à la station de métro Fort d'Aubervilliers (ligne 7), passer devant les bâtiments et le chapiteau de bois du cirque Zingaro, où il faudra bien se décider un jour à aller voir un spectacle équestre.

Le fort a été investi, sur 2 hectares, par 50 artistes de rue (pardon artistes urbains) sur le thème de la transition en tenant compte de l'histoire et des symboliques urbaines du lieu. Cela s'intitule In Situ Art Festival et c'est, sous l'égide de l'association Art en Ville, le nouveau lieu éphémère du Street Art.

Devant l'entrée, qui ne paye pas de mine, un "comité d’accueil" un peu louche (on est dans le 9-3 !). Faut-il vraiment emprunter ce chemin qui ondule entre deux haies que le printemps et la pluie ont rendues sauvages et quasi luxuriantes ? Un vigile a installé une chaise en plastique à côté de sa Ford escort défraîchie.

C'est déjà un dépaysement salutaire, à deux pas de Paris, que d'avancer sur ce sentier dont on ne voit pas le bout, à la rencontre d'un no man's land. Un vrai plaisir, pour un citadin, que de déambuler dans un lieu laissé en grande partie en l'abandon, loin de ces parcs tirés au cordeau où pas un brin d'herbe ne dépasse...

Sur la droite une cabane joliment peinturlurée donne un premier indice.

(voir diaporama en bas)

Le fort, qui faisait partie des fortifs' bien inutiles de la guerre de 1870 (mais dataient des années 40), a depuis longtemps disparu, laissant place à des expériences sur la radioactivité (n'oubliez pas votre compteur Geiger), une caserne de gendarmerie entourée de jardins ouvriers, une casse ou une fourrière automobile.

Un visiteur d'Aubervilliers avec un énorme appareil photo nous a raconté que gamin il faisait le mur avec ces copains pour aller y jouer. C'était le bon temps.

Plus encore que dans leur environnement naturel (la rue) les œuvres s'intègrent au décor, jouent avec. Il faut avoir des yeux dans les coins pour repérer, parmi les grands formats, les minuscules pochoirs et autres "coccinelles" (Gotlib).

Rayon automobile, outre les camionnettes en piteux état exhibant leurs carcasses rouillées revues et corrigées par des artistes bourrés d'imagination (du polar aux branchages grillagés peints en blanc), la twingo première version (la plus fun) est à l'honneur, déclinée en multiples exemplaires différemment décorées selon les caprices artistiques des uns et des autres .

Les entrepôts et autres hangars ne sont pas en reste qui accueillent sur leur portes et façades (interdiction d'entrer) les plus grandes fresques, le plus souvent abstraites - l'une des plus réussies, réalisée sur une mur en briques comme il se doit, se souvient des pubs Dubonnet mais aussi du cubisme - sans négliger parfois une sensualité grand format.

Perché sur un poteau un superman juvénile, qu'on peut facilement louper si on ne regarde pas en l'air, veille sur le tout.

De tout là-haut on peut peut-être apercevoir le portrait géant, dessiné à même le sol, d'une habitante émérite du quartier dont on peut voir sur une palissade une photographie prise à 150 mètres de hauteur.

Un artiste-archéologue s'est amusé à mettre au jour de vraies-fausses ruines de parpaing et de béton. Un autre colle des pansements géants sur les fissures des murs histoire de recoller les morceaux.

Ailleurs des alcôves nichées dans l'ancien bastion de la forteresse accueillent des fresques en volume.

Ces artistes urbains venus du monde entier et parfois même d'Aubervilliers connaissent leur histoire de l'Art, celles du graffiti, de la BD et de la pub sur le bout des doigts, refaisant ici un Van Gogh, se souvenant là des collages en noir et blanc de Max Ernst. Du déjà vu ? Peut-être mais transfiguré par le lieu, la variété des support (murs, sol, tôles ondulées ou non, carrosseries plus ou moins rouillées...), et les dimensions (du plus petit ou plus grand). Il y a aussi des installations.

Sur papier glacé la plupart des œuvres en deux dimensions ne tiendraient sans doute pas le choc - pourtant, en photo et en les cadrant comme des tableaux, le résultat est plutôt impressionnant.

On aime ou pas le style de tel ou tel artiste mais tous défendent un art littéral, ce qui n'empêche pas certaines œuvres de conserver leur mystère. Loin de constituer une avant-garde et de promouvoir une nouvelle radicalité esthétique, les graffeurs, graffiteurs et autres tagueurs revendiquent au contraire un retour à l'image, au dessin, compréhensible par tous, loin des égarements parfois fumistes de l'art contemporain.

De grandes photographies en noir et blanc et quelques autres en couleur de moindre dimension sont là pour rappeler un autre événement datant de 1984 qui eut lieu ici-même, le festival Hip-Hop intitulé Fêtes et Forts - dans le cadre du projet Banlieues 89 initié en 1983 par Roland Castro avec pour objectif de "désenclaver les banlieues et déborder les frontières de la capitale". Dans un décor de carcasses de voitures entassées les unes sur les autres (il y avait une casse automobile à côté), on réalise des fresques, il y a des démonstrations de break dance, des performances artistiques et des concerts de punk-rock. Des artistes comme Charlelie Couture (également peintre à ses heures) s'y produisent.

Dans la rue on ne connait en général pas le nom des artistes, même si les œuvres sont parfois signées. Ici le nom des artistes est plus ou moins indiqué mais contrairement à ce qui se passe dans un musée ou une galerie on éprouve moins le besoin de savoir comment ils s’appellent. Je n'ai pas trop fait attention et maintenant je le regrette. Pour plus d'informations on peut aller sur ce site http://www.insituartfestival.fr/

Si on peut émettre des réserves, ce n'est pas sur l'expo, remarquable et unique en son genre, mais sur le futur du Fort, appelé à devenir un écoquartier sous l'égide de l'AFTRP. Si on arrive à dépolluer et si le projet ne tombe pas à l'eau, faute de moyens par exemple, on aura là un écoquartier tout beau tout neuf, voué à la mixité - promis-juré, "ville durable avec de l'habitat, de l'activité, des équipements et des espaces verts".

Une sacrée emprise foncière et beaucoup d'argent en jeu.

La ville d'Aubervilliers en a sûrement besoin, avec ses trop nombreux HLM, mais ne vaudrait-il pas mieux un aménagement à minima, laisser le site le plus possible en l'état, en faire un parc d'un genre nouveau où des ruines industrielles et les restes du fort auraient toute leur place ?Surtout à l'heure où des associations créent de nouveaux parcs naturels où l'intervention humaine est proscrite, où l'on ne peut ni construire ni chasser (contrairement à certains parcs naturels) - une nature à l'état sauvage y est préservée - et où se développe aussi le tourisme industriel culturel.

Outre la grande qualité des interventions artistiques, l'endroit vaut donc aussi pour son côté terrain d'aventure pour gamins de banlieue - aujourd'hui où il est devenu si difficile de trouver des terrains vagues intacts (si on peut dire) ou des friches industrielles dans leur jus, les aménageurs de tous poils veillant au grain, pour le bien de tous évidemment...

Raison de plus pour profiter du lieu mais attention ça se termine le 27 juillet.

In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
In Situ Art Festival - Street Art au Fort d'Aubervilliers
Tag(s) : #Expos

Partager cet article

Repost 0